X



« La pandémie, c’est l’apéro. Le plat de résistance arrivera avec le changement climatique »

Responsable de l’institut Santé de la HEdS et membre du comité de la taskforce Covidis, Claude-Alexandre Fournier partage dans cet interview une réflexion avisée et touchante sur les adaptations déployées par notre école pour faire face à cette crise, les améliorations à mettre en place et surtout, sur ce qui pourrait bien nous attendre.


Les milieux de la santé ont été en première ligne dans la lutte contre le covid. Comment la HEdS et votre institut ont-ils été impactés ?

La HEdS a été impactée très rapidement, car tout de suite il a fallu trouver la meilleure manière de venir en aide aux institutions de soins et professionnel·le·s de la santé  et apporter une plus-value réellement utile. En parallèle, comme la première mission de l’HEdS est l’enseignement, il fallait pouvoir continuer à le faire dans les meilleures conditions possibles. Au sein de l’institut, une partie de la recherche a été rapidement touchée et s’est arrêté, ce qui nous a permis de libérer un peu de temps pour lancer les projets COVID. Il a fallu être très réactif et nous avons mis à disposition nos connaissances et nos ressources pour venir en aide aux terrains.

La taskforce Covidis dont vous faites partie a été déployée par la HES-SO Valais-Wallis pour identifier les meilleurs projets pour faire face à la crise efficacement. Quelles furent les principales difficultés rencontrées ?

Il a fallu réagir rapidement et réévaluer l’intérêt des idées proposées au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie. Nous étions en flux tendu, car débuter un projet trop tôt ou trop tard est inutile. Il s’agit d’une gestion de projets à laquelle nous ne sommes pas forcément habitués et il a donc fallu s’adapter dans l’urgence. Au final, je pense que nous nous sommes bien débrouillé, malgré une certaine frustration au début liée à l’inertie d’une grosse structure.

(En situation de crise, il faut pouvoir débloquer des budgets très rapidement , mais finalement notre taskforce n’était pas si mal, car elle rassemblait des représentants des cinq écoles. C’est assez unique, et propre à notre structure valaisanne.)

Votre faculté d’adaptation a donc été sollicitée ?

Oui, elle était même centrale afin de pouvoir apporter une réponse rapide, cohérente et en adéquation avec les besoins. En situation de crise, il faut savoir sortir des processus de décision habituels. Par exemple, les personnes rodées au travail de terrain savent souvent bien ajuster leur réponse, car ils doivent constamment s’adapter et prendre des décisions sans avoir toutes les cartes en main.

Faudrait-il alors former les étudiant·e·s à l’incertitude ?

Parfaitement, il serait très intéressant que nos étudiant·e·s qui étudient à la HEdS – et tous ceux de la HES-SO Valais-Wallis par ailleurs - soient formé·e·s non seulement aux certitudes, produites par la recherche scientifiques et constamment réévaluées, mais aussi à l’incertitude. C’est une thématique délicate, car chaque institution fonctionne sur et avec la certitude. Or, dans une situation de crise comme celle que nous vivons, nous devons être capables de transmettre des connaissances qui permettent aux étudiant·e·s d’être confiant·e·s en l’incertitude dans l’incertitude.

La faculté d’adaptation devrait-elle être mieux valorisée à la HES-SO Valais-Wallis ?

Elle est déjà très présente grâce au lien fort que l’on entretient avec le terrain. Nous utilisons cette capacité d’adaptation continuellement, mais nous pourrions réagir de manière plus coordonnée. Globalement, je trouve qu’à la HES-SO Valais-Wallis, notre capacité de réaction est assez bonne, mais il serait néanmoins intéressant de réfléchir à des processus agiles au niveau HES-SO Valais-Wallis pour répondre encore mieux aux crises à venir. La pandémie que nous vivons, c’est l’apéro. Le plat de résistance arrivera avec le changement climatique.

Quels pourraient être les axes à promouvoir qui n’auraient pas été possible sans cette crise ?

Cette crise du COVID-19 est une opportunité magnifique associée à de gros dangers, comme la santé des collaborateur·trice·s et étudiant·e·s. Si nous pouvons apprendre à mieux gérer des crises sur un fond qui se dégrade, ça serait une très grande richesse pour le futur.

Vous y croyez ?

Je suis un optimiste de nature, mais je ne peux pas répondre de manière optimiste. Il faut une réflexion stratégique et les cycles stratégiques sont lents. Nous allons tous revenir au « business as usual » dès que possible. Je n’ai pas perdu l’espoir, mais je ne crois pas qu’il y ait eu une prise de conscience suffisamment forte.

L’épreuve endurée par le personnel soignant pour contenir le COVID-19 pourrait-elle conduire à un améliorations des conditions de travail des métiers de la santé ?

Il y a la question de la pénurie de personnel, c’est clair. Pour surmonter une future crise, il est important d’arriver à débloquer des ressources importantes dans un délai très court. La problématique actuelle est lié directement au nombre de respirateur et aux personnes qui savaient les utiliser.

La population va-t-elle davantage valoriser les métiers de la santé suite à cette crise ? Ou pensez-vous qu’il s’agisse uniquement d’une solidarité de façade (ou de balcon plutôt) ?

On prend réellement conscience d’un problème lors qu’on est soi-même vulnérable. Alors est-ce que le point de bascule a-t-il été atteint ? Est-ce que les gages politiques ont-ils été perçu comme suffisant par la population? L’avenir nous le dira.

 

 

Print
Tags:

Please login or register to post comments.

 

Si vous désirez participer à la rédaction du magazine hespresso, nous transmettre des idées de sujet, des commentaires ou simplement nous poser une question, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse communication@hevs.ch et à partager les contenus qui vous plaisent sur vos réseaux !

Merci et bonne lecture

Haben Sie Lust, sich an der Gestaltung unserer Hauszeitung zu beteiligen? Sie können uns jederzeit unter communication@hevs.ch erreichen und uns Ihre Anregungen, Ideen und Fragen senden. Zögern Sie nicht, die Artikel, die Ihnen gefallen, auf Ihren sozialen Netzwerken zu teilen.

Viel Spass beim Lesen

logo-hes-so-valais-2019

Le site hespresso.hevs.ch utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et optimiser ses fonctionnalités. En poursuivant votre navigation sur celui-ci, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.